à Bordeaux, nous recherchons la fraîcheur

0

Ce mardi 14 juin, la capitale de la Gironde a atteint la température la plus élevée enregistrée en France avec plus de 37…

Ce mardi 14 juin, la capitale de la Gironde a atteint la température la plus élevée enregistrée en France avec plus de 37 degrés à l’ombre. Face à la canicule, chacun cherche un endroit pour se rafraîchir. Le miroir d’eau de la place de la Bourse est évidemment un incontournable pour tous les touristes en mal de fraîcheur. Des sorties scolaires aux étudiants en vacances en passant par les retraités, tout le monde est venu en profiter.

Sandra, originaire d’Espagne, ne pensait pas qu’il était possible de marcher sur l’eau du célèbre miroir. « J’ai vu que tout le monde avait les pieds nus alors j’en ai profité pour me rafraîchir », raconte-t-elle. Si certains touristes tombent sur le miroir par hasard, d’autres viennent sur la place volontairement. « Nous sommes venus ici exprès pour profiter de l’eau. Cela nous permet aussi de rafraîchir notre chien qui n’est pas accepté à la plage du Lac », expliquent Claire et Arthur, un jeune couple venu rendre visite à sa famille.

Sur le même sujet

La chaleur : pourquoi les personnes âgées sont en danger

Après la canicule de début mai, les températures devraient atteindre de nouveaux sommets dans les prochains jours. Alors que le plan national canicule est activé depuis le 1er juin et jusqu’au 15 septembre sur l’ensemble du territoire, une vigilance toute particulière est recommandée pour les personnes âgées.

Des lycéens profitent du miroir d'eau pour se rafraîchir de la canicule.

Des lycéens profitent du miroir d’eau pour se rafraîchir de la canicule.

Thierry David/SUD OUEST

Se cacher du soleil

Pour mieux supporter les températures des prochains jours, de nouveaux espaces extérieurs sont proposés. C’est notamment le cas de la pergola végétalisée installée l’an dernier sur la place de la Victoire. La Ville de Bordeaux a réactivé le système de brumisation ce mardi. Les habitants ont découvert l’équipement, parfois par surprise. « On connaissait l’endroit mais on ne s’attendait pas à être brumisé. Il faudrait en mettre partout, par exemple aux arrêts de tramway », demande Louison, venue avec des amis. « Je pense qu’on y retournera, surtout avec les 41 degrés annoncés vendredi », convient Lorenzo.

Le succès ne s’est pas fait attendre pour le monsieur, dès ce mardi : les habitants défilent sous les gouttes d’eau. « Je passais par là et ça me semblait plus agréable d’être ici que de chauffer sous le parasol d’une terrasse. Si on reste quelques minutes, on voit beaucoup de gens qui viennent en profiter », raconte Sylvie, venue attendre son mari après le travail.

Jusqu’à vendredi, les brumisateurs des huit autres parcs et squares équipés l’an dernier reprennent du service : Jardin de la Béchade, Jardin des Barrières, Parc Pinçon, Parc aux Angéliques, Ginko, Jardin Public, Parc Cerey et Grand-Parc. Quatre nouveaux sites devraient également être ouverts au cours de l’été 2022.

Neuf brumisateurs seront réactivés jusqu'à vendredi.

Neuf brumisateurs seront réactivés jusqu’à vendredi.

Thierry David/SUD OUEST

Construire des îlots de fraîcheur

Les brumisateurs mis en place à la fin de l’été 2021 font leur retour dans la ville. L’opération s’inscrit dans le cadre du programme Bordeaux grandeur nature. La plupart d’entre eux sont installés dans les parcs. La pergola végétalisée construite sur la place de la Victoire est la première structure de ce type à Bordeaux.  » La place de la Victoire est construite sur une dalle de béton qui ne peut pas être plantée, nous testons donc ce concept pour apporter de la fraîcheur aux habitants « , explique Didier Jeanjean, adjoint au maire en charge de la nature en ville et des quartiers apaisés.

Trois structures de ce type vont être construites cette année : Le ponton Yves-Parlier, la place Sainte-Croix et la place Paul-Doumer. Selon l’adjoint au maire, les pergolas n’ont toutefois pas vocation à être permanentes. « La lutte contre les canicules se développe en deux temps. Il y a un programme de végétation sur dix ans, mais en attendant que ces travaux soient réalisés, nous mettons en place un dispositif transitoire. Les pergolas font partie de cet axe qui doit permettre aux Bordelais de résister à la chaleur de l’été », précise-t-il.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here